Cheikh Nasser-Eddine Al Albany

Son enfance et sa jeunesse :

Abou Abderrahmane Muhammad Nasser-Eddine Al Albany est né à Shkoder en Albanie, en 1914. Son père, grand conservateur lui enseigna lui-même le Coran, la récitation (tajwid), la grammaire arabe et la conjugaison, le fiqh hanafite et les différentes branches de la religion avec l’aide des ouléma locaux. En même temps, il gagne sa vie en travaillant comme horloger, métier qu’il apprit de son père.

Dès son jeune âge sa famille migre en Syrie (Damas) puis se rendit plus tard à Médine (Arabie Saoudite), Beyrouth (Liban) et enfin en Jordanie où il mourut en 1999.

Sa passion pour le hadith et la sounna :

Cheikh al Albany se dirigea vers la science du Hadith alors qu’il n’avait que 20 ans. Il décida malgré l’avertissement de son père de se spécialiser dans le hadith et de suivre une voie scientifique à la recherche de preuves pour authentifier ou au contraire abroger les hadiths qui étaient utilisés par de nombreuses sectes pour valider leurs hérésies.

Il devint rapidement la référence absolue de son époque dans les sciences du hadith et certains dirent de lui qu’il raviva la flamme des anciens savants tels que Ibn Hajar. Le jeune muhaddith étonnait par son intelligence, ses larges connaissances, son assiduité, sa méthodologie et son style d’écriture.

Il lui arrivait de fermer sa boutique pour aller à la librairie Adhahirya pour y rester douze heures sans se lasser de la lecture, des annotations et de la vérification (sauf pour les Salâts) et souvent il mangeait simplement dans la bibliothèque. Puis la direction de la bibliothèque décida de lui réserver une pièce pour lui seul et de lui donner la clé de l’établissement. Il venait tôt le matin avant les employés et ne repartait qu’après la prière du ‘Icha.

Il voyageait aussi beaucoup et donnait des conférences un peu partout en Europe et dans les pays arabes. Il s’est vu offrir de nombreux postes importants dans les universités de théologie notamment en Arabie Saoudite, en Egypte et en Inde mais s’excusa par manque de temps, il dédia tout son temps à ses travaux et il fut l’un des théoriciens de la Salafiya ou Manfaj as-Salaf qu’il défendit contre ses ennemis extérieurs (ses détracteurs) et intérieurs (ceux qui prétendaient y appartenir).

Ses épreuves et son emprisonnement :

Le cheikh a eu de grands débats avec les cheikhs des autres groupes. Il subit une grande opposition de la part de beaucoup de cheikhs fanatiques de leurs écoles et surtout des Soufis et des charlatans innovateurs qui retournaient la masse contre lui en prétendant qu’il était un Wahhabite égaré, alors qu’au même moment des savants connus de Damas étaient d’accord avec lui.

Ils ont retourné le gouvernement contre lui et il fut emprisonné à deux reprises pour quelques mois. Il mourut en 1999 et fut enterré après la prière du ‘Isha. Des milliers de personnes ont prié à son enterrement.

Quelques unes de ses œuvres :

  1. Al-‘Aqidah at-Tahawiyyah, sharh wa ta’liq
  2. At-Targhib wa’t-Tarhib (Volumes 1–4)
  3. At-Tasfiyyah wa’t-Tarbiyya
  4. At-Tawassulu: Anwau’hu wa Ahkamuhu
  5. Irwa al-Ghalil (Volumes 1–9)
  6. Sahih wa Da’if Sunan Abu Dawoûd (Volumes 1–4)
  7. Sahih wa Da’if Sunan at-Tirmidhi (Volumes 1–4)
  8. Sahih wa Da’if Sunan Ibn Maja (Volumes 1–4)
  9. Sifatu Salati An-Nabiyy
  10. Silsalat al-Hadith ad-Da’ifa (Volumes 1–14)
  11. Silsalat al-Hadith as-Sahiha (Volumes 1–11)
  12. Salat ut-Tarawih (dont il publié plus tard un résumé nommé Qiyamu Ramadhan)
  13. Salat un-nabawi (A la lumière des ahadith authentiques)
  14. Talkhis Ahkam al-Janaez

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s