[science] Les chances que le monde ait été créé par hasard sont de 0%

La molécule de protéine est une structure primordiale de la cellule vivante. Elle est composée de 5 éléments :

  • Carbone
  • Nitrogène
  • Oxygène
  • Hydrogène
  • Souffre

Des milliers d’atomes sont requis pour construire une seule molécule.

Le docteur Franck Allen a calculé la probabilité que cet assemblage puisse se faire. Il dit :

“la chance que cela puisse arriver est de 1/10 posté à 160 P”

Cela donnerait 0.0000000000000000000000000000000000000000000000000

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

000000000000000000000000000000000000000000000001%

Et en mathématique tout pourcentage inférieur à 0. “50 zéros” 1% est égal à 0

Évidemment, ceci est valable pour une seule molécule.

De plus, Charles Eugene Guy, le mathématicien suisse affirme que la matière nécessaire à la création de cette molécule serait l’équivalant de plusieurs milliers de nos galaxies et le temps nécessaire pour le faire serait de 10 porté à 243 P années (243 zéros après le 1).

D’après les médecins, nous savons aujourd’hui, que dans un nouveau né, il y a 6 milliards de molécules.

Multipliez ce chiffre par la probabilité de l’assemblage hasardeux des atomes et vous obtiendrez le pourcentage de la probabilité de la création d’un enfant par hasard, en d’autres termes et pour simplifier l’équation : 0.

Ceci est valable pour un être humain, faites le compte pour les galaxies et l’univers.

Al Hijr (Mada’in Salih)

Le peuple de Thamoud et Al Hijr

Thamoud était une tribu célèbre qui fut nommée après leur aïeul Thamoud le frère de Jadis. Tous deux étaient fils de Athir ibn Iram ibn Sem ibn Noé.
Ils étaient des Arabes qui vivaient entre le Hijaz et Tabouk. Ils vécurent après le peuple de Ad, et adorèrent les idoles comme Ad. — Omar Ibn Kathir, op. cit. « L’histoire de Saleh », p. 109.

Le peuple de Thamoud est un ancien peuple arabe qui comme les `Adites , Iram et Wibar , avait disparu avant la naissance de Mahomet. Il existe des références d’origine non arabe au nom du peuple de Thamūd. Une inscription de Sargon II (715 av. J.‑C.) mentionne Thamūd comme un peuple de l’Arabie orientale et centrale. Ils sont aussi nommés dans Aristote, Ptolémée et Pline l’Ancien sous le nom de Thamudaei, Thamoudéens ou Thamudènes. On les appelle aussi Thamoudites ou Thémoudites.

Le site d’Al-Hijr en Arabie saoudite est encore plutôt méconnu. Contrairement à ce qu’on a cru ce n’est pas seulement une nécropole troglodyte. Al-Hijr était une véritable ville, même si les principaux vestiges actuellement visibles sont les hypogées creusés dans le grès rouge du désert. Il existait une ville et un domaine agricole irrigué. Ses habitants, anciens pasteurs nomades devenus sédentaires, se sont établis à Al-Hijr. On ne sait pas exactement quel type de relations existait entre Al-Hijr et la capitale des Nabatéens, Pétra.

Le Site archéologique de Al-Hijr (Madâ’in Sâlih), est le premier site d’Arabie saoudite inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Al-Hijr est un témoignage unique avec près de cent tombes monumentales aux façades décorées et ses puits, le site est un exemple exceptionnel de la qualité de l’architecture des Nabatéens et de leur maîtrise des techniques hydrauliques.

Dans le Coran Dieu a évoqué l’histoire des monuments dans plusieurs versets dont :

Certes, les gens d’Al-Hijr ont traité de menteurs les messagers. Nous leur avons montré Nos miracles, mais ils s’en étaient détournés. Et ils taillaient des maisons dans leur montagnes, vivant en sécurité. Puis, au matin, le Cri les saisit. Ce qu’ils avaient acquis ne leur a donc point profité. (Al Hijr 80-85)

et avec les Tamud qui taillaient le rocher dans la vallée ? ” (Al Fajr 9)

This slideshow requires JavaScript.

Miracles du Coran : les vents fécondants

« Et Nous envoyons les vents fécondants, puis Nous faisons descendre du ciel une eau dont Nous vous abreuvons… » (15 :22)

Ce verset souligne que le premier stade de la formation de la pluie est le vent. Jusqu’au début du 20ème siècle, la seule relation que l’on connaissait entre le vent et la pluie était que le vent poussait les nuages. Mais les découvertes de la météorologie moderne ont démontré le rôle “fécondant” des vents dans la formation de la pluie.

Cette fonction fécondatrice du vent se produit de la manière suivante :

A la surface des océans et des mers, d’innombrables bulles d’air sont formées par l’écume. Au moment où ces bulles jaillissent en des milliers de minuscules particules, d’un centième de millimètre de diamètre, elles sont projetées dans l’air. Ces particules, qu’on appelle aérosols, se mélangent à la poussière apportée par les vents, et sont transportées jusqu’aux couches supérieures de l’atmosphère par les vents. A ce niveau, elles entrent en contact avec la vapeur d’eau, laquelle se condense autour des particules et se transforme en gouttelettes d’eau. Ces gouttelettes d’eau s’assemblent d’abord pour former des nuages, puis tombent sur la Terre sous forme de pluie. Comme on l’a vu, les vents “fécondent” la vapeur d’eau flottant dans l’air avec les particules qu’ils transportent depuis la mer, et finalement contribuent à la formation des nuages de pluie.

Miracles du Coran : les 7 couches atmosphériques

« N’avez-vous pas vu comment Allah a créé sept cieux superposés » (17 :15)

« Celui qui a créé sept cieux superposés sans que tu voies de disproportion en la création du Tout Miséricordieux. Ramène [sur elles] le regard. Y vois-tu une brèche quelconque ? » (67 :3)

Les savants ont constaté que l’atmosphère de la terre n’est pas une masse continue, mais des couches superposées les unes sur les autres, dont chacune est caractérisée par une densité particulière. A cet effet, les scientifiques les ont classées en sept couches telles que figurées ci-dessous :

1. Troposphère

2. Stratosphère

3. Mésosphère

4. Thermosphère

5. Exosphère

6. Ionosphère

7. Magnétosphère

Miracles du Coran : la nébuleuse de la rosette

« Puis quand le ciel se fendra et deviendra alors une rose écarlate comme le cuir rouge. » (Coran 55:37)

La nébuleuse de la Rosette (aussi connue sous le nom de NGC 2237) est un vaste nuage de gaz et de poussières qui s’étend sur environ 100 années-lumière et se trouve à 5000 années-lumière du système solaire. Cette nébuleuse se trouve dans la constellation de la Licorne et s’étend sur un diamètre angulaire de 1,3°.

Au centre, se trouve un amas ouvert d’étoiles jeunes connu sous le nom de NGC 2244. Ces étoiles, qui se sont formées il y a environ 4 millions d’années, émettent un rayonnement ultraviolet qui ionise l’hydrogène du nuage environnant, ce qui donne cette couleur rouge. De plus, elles émettent un vent stellaire qui éclaircit le centre de la nébuleuse, ce qui permet aussi la création de nouvelles étoiles par compression du nuage de gaz et de poussières.

Miracles du Coran : le Big Bang

La science de la cosmologie moderne, observationnelle et théorique, indique clairement qu’à un certain moment dans le temps, l’univers entier n’était autre qu’un nuage de “fumée” c’est-à-dire une composition gazeuse très chaude, opaque et extrêmement dense (Weinberg, pp. 94-105 Les trois premières minutes (Un point de vue moderne sur l’origine de l’univers)).

Les étoiles lumineuses que l’on voit le soir, ainsi que l’univers tout entier, étaient, à l’origine, sous cette forme de “fumée”.  Dieu a dit, dans le Coran:

Il S’est ensuite adressé au ciel, qui était alors fumée…” (Coran 41:11)

Parce que la terre et le ciel (comprenant le soleil, la lune, les étoiles, les planètes, les galaxies, etc.) se sont formés à partir de cette même “fumée”, nous en concluons que la terre et le ciel étaient, au départ, joints en une seule entité.  Ensuite, à partir de cette “fumée” homogène, ils ont pris forme et se sont séparés l’un de l’autre.  Dieu a dit, dans le Coran:

Ceux qui ont mécru n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte?  Ensuite, Nous les avons séparés…” (Coran 21:30)

Le docteur Alfred Kroner est un géologue mondialement renommé.  Il est professeur de géologie et président du Département de Géologie à l’Institut des Sciences de la terre de l’Université Johannes Gutenberg à Mainz, en Allemagne.  Il a déclaré: “  Quand on sait d’où venait Mohammed…  Je crois qu’il est pratiquement impossible qu’il ait pu avoir connaissance de choses comme l’origine de l’univers, parce qu’il n’y a que quelques années que les scientifiques ont découvert, à l’aide de méthodes technologiques très avancées et compliquées, la vérité à ce sujet”. Il a aussi dit: “Il y a quatorze siècles, quelqu’un qui ne connaissait rien à la physique nucléaire ne pouvait, à mon avis, être en position de découvrir, rien qu’avec sa raison que, par exemple, la terre et le ciel ont la même origine.”

Longtemps avant l’invention même des télescopes et avant que Hubble ne parle de ses découvertes, le prophète Mohammed récitait à ses compagnons un verset du Coran affirmant que l’univers est en expansion :

« Le ciel, Nous l’avons édifié par Notre puissance, et c’est Nous qui l’étendons [constamment]. » (Coran 51:47)

À l’époque où le Coran fut révélé, le mot « espace » n’était pas encore connu.  C’est pourquoi les gens utilisaient le mot « ciel » pour faire référence à ce qui se situe au-dessus de la Terre.  Dans le verset ci-dessus, le mot « ciel » fait référence à l’espace et à l’univers.  Le verset souligne que l’espace, et donc l’univers, s’étend constamment, exactement comme le stipule la loi de Hubble.

Miracles du Coran : les montagnes

Voici comment le Coran décrit les montagnes.  Dieu a dit, dans le Coran:

N’avons-Nous pas fait de la terre une couche?  Et placé les montagnes comme des piquets?” (Coran 78:6-7)

La géologie moderne a prouvé que les montagnes ont de profondes racines sous la surface de la terre (voir illustration), et que ces racines peuvent atteindre en profondeur plusieurs fois la hauteur de la montagne à la surface. En se basant sur ces informations, le mot le plus approprié pour décrire les montagnes est le mot “piquets”, puisque la plus grande partie d’un piquet bien enfoncé est cachée sous la surface de la terre.  De l’histoire des sciences, nous savons que la théorie voulant que les montagnes aient de profondes racines ne fut introduite qu’au cours de la seconde moitié du dix-neuvième siècle.

Les montagnes jouent également un rôle important au niveau de la stabilisation de la croûte terrestre. Elles font obstacle aux secousses de la terre.  Dieu a dit, dans le Coran:

Et Il a implanté des montagnes immobiles dans la terre afin qu’elle ne branle pas en vous emportant avec elle…” (Coran 16:15)