Origines du Chiisme et la Grande Fitna

Le Chiisme à été créé par Abdullah Ibn Sabaa, un homme aux origines juives, qui a rassemblé autour de lui près de 2500 hommes pour réclamer que le Califat revenait de droit à Ali Ibn Abi Talib (le cousin du prophète) au lieu de Othmane Ibn Affan. Il a réussi à faire tuer ce dernier et à semer la discorde entre les musulmans. Il a d’ailleurs été à l’origine de la Grande Fitna qui a vu les compagnons du prophète se battre entre eux.

Le point de discorde a été la punition des assassins de Othmane ; Ali voulait calmer les choses d’autant plus que Abdullah Ibn Sabaa et ses hommes ont rejoint son armée de Ali pour se mêler au reste des musulmans qui supportaient le Calife fraichement élu. Ils ont semé la discorde dans ce groupe qui s’est divisé entre supporters et adversaires.

Ali n’avait donc pas les moyens nécessaires ni la force d’attraper ces personnes pour les punir. Tandis que Muawiya Ibn Abi Soufiane, l’émir de la région du Cham, de son coté réclamait la tête de ceux qui ont tué Othmane, son proche parent. Le premier voulait laisser le calme revenir alors que le second insistait pour que cela se passe immédiatement. Deux des compagnons sont allés de la Médine à la Mecque pour chercher des renforts et cerner ce groupe de rebelles infiltré puisque Ali ne le pouvait pas avec ses moyens actuels. Aicha, la femme du prophète s’est même jointe à eux et a exhorté les musulmans à la rejoindre.

Entre temps le, vicieux Abdullah Ibn Sabaa et ses compagnons ont fait croire à l’armée d’Ali que les Mécquois venaient les attaquer pour tuer Ali. Les deux armées se sont fait face mais les leaders se sont quand même rencontrés (Ali, Talha, Zoubeir, Aicha, et d’autres compagnons) avant que les choses ne dégénèrent et il n’y eut pas d’affrontements ce jour là.

Le soir même, Abdullah Ibn Sabaa et ses hommes se sont divisés en deux groupes et ont attaqué les deux camps pour qu’une bataille se déclenche. Ils redoutaient de se faire attraper si les deux groupes s’entendaient et que revienne la paix. Le calme n’est revenu qu’après la mort de plusieurs centaines de personnes dont plusieurs illustres compagnons du prophète. Ils ont réussi ensuite à faire tuer Ali Ibn Abi Talib et à poser un guet-apens à son fils Hussein pour l’assassiner. Hassan, le deuxième fils d’Ali abandonna le Califat et scella un pacte avec Muawiya.

Depuis, ce groupe de rebelles s’est installé en Perse et se proclame des descendants d’Ali et de sa famille (Ahl ul Bait). C’est ainsi que le Chiisme est apparu.

L’imam Mâlik Ibn Anas

Introduction

L’école malékite est l’une des quatre écoles juridiques les plus répandues dans le monde musulman depuis le deuxième et le troisième siècle hégire.

Cette école, ou madhhab, doit son nom à l’illustre savant, le grand juriste, l’Imâm de Médine, Mâlik Ibn Anas, que Dieu l’agrée. Celui-ci occupa une place saillante parmi les juristes musulmans, excella dans la ville qui reçut la science et la bénédiction du Prophète, et porta le flambeau des sept célèbres juristes médinois : Abû Bakr Ibn `Abd Ar-Rahmân Ibn Al-Hârith Ibn Hishâm, Qâsim Ibn Muhammad Ibn Abî Bakr AsSiddîq, `Urwah Ibn Az-Zubayr Ibn Al-`Awwâm, Sa`îd Ibn Al-Musayyab, Sulaymân Ibn Yasâr, Khârijah Ibn Zayd et `Ubayd Allâh Ibn `Abd Allâh Ibn `Utbah Ibn Mas`ûd.

L’époque de l’Imâm Mâlik  

L’Imâm Mâlik naquit à la fin du premier siècle hégire et son âme retourna à Dieu environ vingt ans avant la fin du deuxième siècle. La première moitié de sa vie s’écoula sous le Califat des Omeyyades, alors que la seconde témoigna des premiers épisodes du Califat Abbasside.

Il vécut ainsi à une période mouvementée de l’Histoire islamique où émergèrent de nombreux courants de pensée religieux et politiques. Divers groupes religieux montèrent sur scène et l’ouverture sur la philosophie grecque, les pensées persanes ou indiennes s’élargit par le biais de diverses traductions.

Enfance et apprentissage des sciences islamiques

Dans son enfance, l’Imâm Mâlik mémorisa le Coran, puis apprit les hadiths prophétiques et les verdicts religieux (fatâwâ) des Compagnons.Il se montra brillant dans l’acquisition des sciences islamiques et se distingua par son excellente mémoire.

L’étape suivante de l’apprentissage de l’Imâm Mâlik fut marquée par son initiation auprès d’un grand nombre de Sheikhs. Selon l’Imâm An-Nawawî, il eut 900 maîtres dont 300 Successeurs, les autres étant des Successeurs de Successeurs. Parmi ses Sheikhs, nous pouvons également citer Nâfi`, le noble Successeur affranchi de `Abd Allâh Ibn `Umar, le grand Imâm Ja`far Ibn Muhammad Al-Bâqir, le juriste et savant-mémorisateur Yahyâ Ibn Sa`îd Al-Ansârî le Juge de Médine, et le prédicateur aux exhortations vibrantes, Salamah Ibn Dînâr Abû Hâzim AsSûfî.

Quelques principes de l’école malékite

La source première sur laquelle s’appuyait l’Imâm Mâlik dans sa jurisprudence fut le Noble Coran. C’est dans les versets de la Sage Révélation qu’il cherchait les jugements légaux et les preuves juridiques. Il estimait que toute personne qui se penchait sur l’interprétation des versets coraniques devait absolument avoir une grande maîtrise de la langue arabe, la langue de la révélation. “Si on m’amène un homme qui interprète le Coran sans être savant en langue arabe, je le punirai très certainement“, disait-il.

Mais la maîtrise de la langue, outil indispensable pour l’exégète, ne suffit pas à elle seule pour puiser les jugements divins dans le Noble Coran. La Tradition du Prophète – paix et bénédiction de Dieu sur lui – illustre les versets, les expose, les explique et en révèle le sens. C’est pourquoi l’Imâm Mâlik voyait en la Sunnah la deuxième source fondamentale de la Législation islamique, conformément à la Parole de Dieu :

“Prenez ce que le Messager vous octroie ; et ce qu’il vous interdit, abstenez-vous en.”

“Quiconque obéit au Prophète, obéit à Dieu”

“[…] Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux et afin qu’ils réfléchissent” 

“Non !… Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]”

En outre, les verdicts religieux et les jugements juridiques émis par les Compagnons du Prophète – paix et bénédictions de Dieu sur lui -, occupaient une place importante dans la jurisprudence de l’Imâm Mâlik. Il pensait en effet que la pratique des Compagnons doit être annexée à la Sunnah. Aussi n’est-il pas étonnant de constater que le Muwatta’ de Mâlik compile, à côté des hadîths prophétiques, des verdicts des Compagnons.Lorsque l’Imâm Mâlik manifesta un tel attachement à la Sunnah du Prophète et à la guidance des Compagnons, il devint l’Imâm de la Sunnah à son époque et occupa une place très distinguée parmi les savants de l’Islam.

Il voyait dans le jugement légal émis par un compagnon une preuve solide et une branche de la Sunnah. En effet, soit le compagnon a appliqué un jugement qu’il tient du Messager de Dieu, soit la situation se prêtait à l’ijtihâd, et l’ijtihâd du compagnon découle de l’aiguisement de son sens juridique grâce à l’éducation prophétique qu’il a reçue.

Le consensus juridique, Ijmâ`, est une autre preuve législative considérée par Mâlik. On entend par consensus juridique l’accord des juristes et des savants musulmans sur une question donnée. La religion, ses fondements et ses branches, furent transmis et appliqués à Médine de génération en génération, depuis le temps des Compagnons. Ainsi, la pratique des savants et juristes médinois reflète avec fidélité ce qui fut transmis par les pieux prédécesseurs. C’est pour cette raison, que l’Imâm Mâlik préférait le consensus des gens de Médine aux hadîths dits ahâd.

L’analogie juridique (Qiyâs), la préférence juridique (Istihsân) et la présomption de continuité (Istishâb) constituent également des preuves juridiques pour l’Imâm Mâlik.

Le raisonnement par analogie (Qiyâs) consiste à appliquer pour un cas juridique non tranché par les sources législatives primaires le jugement prévu dans la législation pour un autre cas juridique, sachant que, au fond, la raison juridique qui motive le jugement dans le premier cas s’avère présente dans le second.

Mâlik prenait aussi en considération la réalisation de l’intérêt public (Al-Masâlih Al-Mursalah) et l’obstruction aux prétextes (Sadd Adh-Dharâ’i`).

Par ailleurs, l’Imâm Mâlik prenait en compte l’usage (`Urf) et la coutume (`Âdah). Il s’agit de conventions relatives aux paroles, aux actes ou aux abstentions, répandues parmi les gens et consacrées par l’usage. Le recours à l’usage peut être fait par le savant à condition qu’il n’y ait pas de texte dans le Coran ou la Sunnah tranchant la question et que cela n’entraîne pas de mal ou de nuisance.

Ce tour d’horizon rapide témoigne de la richesse des mécanismes juridiques de l’école malékite. Il convient de noter que la plupart de ces sources législatives sont également considérées dans les autres écoles juridiques sunnites.

Les ouvrages de l’Imâm Mâlik

Le plus célèbre ouvrage composé par l’Imâm de Médine, c’est Al-Muwatta’. Il s’agit d’un ouvrage compilant des éléments de la Sunnah purifiée, ainsi que certaines opinions juridiques émises par les nobles Compagnons, les Successeurs et autres savants parmi les pieux prédécesseurs.

Mâlik rédigea cet ouvrage pendant plus de dix ans et ne cessa de le mettre à jour et de l’enrichir pendant près de quarante ans. Hârûn Ar-Rashîd lui proposa de l’accrocher à la Ka`bah, à la Mecque Honorée, pour témoigner de ses vertus et pousser les gens à s’y conformer. Mais l’Imâm Mâlik déclina cette offre et justifia son refus en ces termes : “Ô Emir des Croyants, quantà accrocher Al-Muwattâ’ à la Ka`bah, [je ne le souhaite pas], car les Compagnons du Messager de Dieu – paix et bénédictions de Dieu sur lui – divergèrent dans les jugements dérivés et se dispèrsent dans les pays, et chacun estime avoir raison.”

C’est ce respect des divergences argumentées et solides en matière de jurisprudence qui poussa l’Imâm Mâlik à se comporter ainsi. Plus encore, Mâlik vit en ces divergences, basées sur des preuves tangibles, une miséricorde pour les serviteurs de Dieu : “Ô Emir des Croyants, la divergence entre les savants est une miséricorde de Dieu envers cette communauté”, dit-il.

Il convient de noter que cet ouvrage n’est pas un recueil de Hadîth au sens classique du terme. Il s’agit d’un ouvrage de Fiqh où l’Imâm Mâlik souhaita exposer les opinions qui relèvent du consensus dans la jurisprudence médinoise, s’appuyant sur des preuves issues de la Sunnah considérée et appliquée à Médine. C’est dans cette perspective qu’il déclina les questions juridiques.

Décès de l’Imâm

L’Imâm Mâlik tomba malade pendant vingt-deux jours. La nuit de son décès, Abû Bakr Ibn Sulaymân AsSawwâf vint dans une assemblée lui rendre visite et s’enquérir de son état de santé : “Comment te sens-tu aujourd’hui ?”, demanda-t-il au juriste de Médine. Mâlik répondit : “Je ne sais quoi vous dire. Demain, vous verrez du Pardon de Dieu ce que vous n’aviez pas prévu.” Peu de temps après, l’Imâm Mâlik rendit son âme bénie.

Il décéda à Médine le 14 Rabî` Al-Awwal 179 A.H., selon l’opinion la plus correcte, et fut enterré au cimetière d’Al-Baqî`.

Source

Les deux écoles de pensée ou méthodologies de l’islam

Les frontières du monde islamique s’étaient largement étendues aux premiers siècles de l’hégire, la vie matérielle voyait son cercle s’étendre et la nécessité d’apporter des réponses religieuses à des questions originales se faisait croissante, compte tenu de la diversité des peuples ayant embrassé l’islam. Les opinions juridiques se multiplièrent et deux principales écoles ou méthodologies se dégagèrent :

Les Gens du Hadîth :

La première méthodologie, celle des Gens du Hadîth, prônait l’application stricte et rigoureuse du Coran et de la Sunnah, mettant l’accent sur la lettre et la narration. Cette École eut de nombreux adeptes et trouva une terre fertile dans le Hijâz en général, et à Médine en particulier. En effet, cette méthodologie était en harmonie avec la vie à Médine, la ville du Prophète : une ville fortement attachée aux enseignements du Prophète et ayant préservé sa simplicité et son climat sain. Médine se dressa longtemps comme un rempart devant les idéologies sociales et politiques étrangères issues des nombreuses conquêtes islamiques et du contact avec de nouveaux peuples et de nouvelles cultures.

Les principaux adeptes de cette école sont :

  • L’imam Malek Ibn Anas
  • L’imam Chaafii (élève de Malek) pendant sa période à Médine
  • L’imam Ahmad Ibn Hanbal
  • Soufiane Athaouri
  • Assad Ibn Al Fourat (Malékite)

l’Ecole de l’Opinion :

La deuxième méthodologie, l’Ecole de l’Opinion, plus interprétative que la précédente, prônait également l’attachement, le respect et l’application du Coran et de la Sunnah, mais mettait davantage l’accent sur le rôle de l’intellect dans l’appréhension et l’interprétation des énoncés ainsi que dans la déduction des jugements légaux selon les règles de cette discipline. Cette école s’était fortement répandue en Irak qui était, à cette époque, le foyer scientifique musulman le plus actif. L’Irak était fort d’une histoire scientifique riche ; le recours à la recherche et à l’analyse rationnelle était devenu familier dans l’environnement irakien, confronté à diverses cultures, notamment la culture persane où foisonnaient les idéologies et les philosophies. Cette école a vu le jour après l’apparition de plusieurs Hadiths attribués au prophète qui ont été créés de toute pièce pour discréditer cette religion par les ennemis de l’islam qui se sont résignés à l’idée qu’il était impossible de combattre cette oumma par les armes, il fallait selon eux la détruire de l’intérieur. Cela a rendu les savants religieux de ces contrées un peu méfiants vis à vis des hadiths et très à cheval sur l’origine des paroles du prophète et de ses compagnons.

Les principaux adeptes de cette école sont :

  • L’imam Abou Hanifa
  • L’imam Chaafii (élève de Malek) pendant sa période en Irak et en Egypte
  • Ibrahim Annakhîi
  • Rabia Array
  • Abou Moutiî Al Balaghi

Source

Les 10 commandements de l’islam

قُلْ تَعَالَوْاْ أَتْلُ مَا حَرَّمَ رَبُّكُمْ عَلَيْكُمْ :

Dis: ‹Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit :

Abdullah Ibn Massoud a dit : celui qui veut lire le testament du prophète, qu’il consulte les versets qui sont à la fin de sourate Al Anâam (6:150-152) :

أَلاَّ تُشْرِكُواْ بِهِ شَيْئًا  1

ne Lui associez rien

(il faut adorer Dieu et Dieu uniquement, il ne faut pas lui associer d’autres divinités, ni vénérer les morts, ni les vivants, ni les tombeaux)

وَبِالْوَالِدَيْنِ إِحْسَانًا  2

et soyez bienfaisants envers vos père et mère

(Dans plusieurs versets coraniques, le bon comportement envers les parents vient directement après l’unicité de Dieu)

وَلاَ تَقْتُلُواْ أَوْلاَدَكُم مِّنْ إمْلاَقٍ نَّحْنُ نَرْزُقُكُمْ وَإِيَّاهُمْ  3

Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux

(Ceci est valable autrefois lorsque les Qureishides enterraient leurs enfants mais aussi aujourd’hui ; avortement)

وَلاَ تَقْرَبُواْ الْفَوَاحِشَ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَمَا بَطَنَ  4

N’approchez pas des abominations ouvertement, ou en cachette

(l’adultère et la fornication hors mariage n’est pas seulement interdite mais tout ce qui y mène l’est aussi : “n’approchez pas”. Il est donc interdit de flirter avec une femme qui n’est pas la sienne, ni la toucher, ni se retrouver seul avec elle dans un endroit clos ; tout ce qui peut mener vers l’adultère est interdit)

وَلاَ تَقْتُلُواْ النَّفْسَ الَّتِي حَرَّمَ اللّهُ إِلاَّ بِالْحَقِّ  5

Ne tuez qu’en toute justice la vie qu’Allah a fait sacrée

(La vie est la chose la plus sacrée ; il ne faut donc pas se hasarder à l’enlever en de”hors des règles prescrites par Dieu. Ceci est valable pour les vies d’autrui mais aussi pour sa propre vie ; suicide)

وَلاَ تَقْرَبُواْ مَالَ الْيَتِيمِ إِلاَّ بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ حَتَّى يَبْلُغَ أَشُدَّهُ  6

Et ne vous approchez des biens de l’orphelin que de la plus belle manière, jusqu’à ce qu’il ait atteint sa majorité.

(l’islam défend l’orphelin et en fait même un cheval de bataille. S’occuper d’un orphelin est l’une des plus noble actions que l’on puisse réaliser)

وَأَوْفُواْ الْكَيْلَ وَالْمِيزَانَ بِالْقِسْطِ لاَ نُكَلِّفُ نَفْسًا إِلاَّ وُسْعَهَا  7

Et donnez plus que la juste mesure et le bon poids, en toute justice. Nous n’imposons à une âme que selon sa capacité.

(ne pas tricher dans les transactions économiques, être honnête en commerce et lorsque l’on pèse son produit il vaut mieux rajouter un peu que donner le poids exact)

وَإِذَا قُلْتُمْ فَاعْدِلُواْ وَلَوْ كَانَ ذَا قُرْبَى  8

Et quand vous parlez, soyez équitables même s’il s’agit d’un proche parent

(rendez justice au gens, qu’ils soient musulmans ou pas, que ce soit un étranger ou un ami ou un parent proche)

وَبِعَهْدِ اللّهِ أَوْفُواْ  9

Et remplissez votre engagement envers Allah

(lorsque vous promettez quelque chose, tenez votre promesse, ne mentez pas et faites ce que vous avez dit que vous ferez)

وَأَنَّ هَذَا صِرَاطِي مُسْتَقِيمًا فَاتَّبِعُوهُ وَلاَ تَتَّبِعُواْ السُّبُلَ فَتَفَرَّقَ بِكُمْ عَن سَبِيلِهِ  10

Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie

(regroupez-vous autour d’une même parole, ne vous divisez pas. Restez soudés)

[vidéo] Conversion d’un jeune allemand après avoir lu le Coran une seule fois

للَّهُ نَزَّلَ أَحْسَنَ الْحَدِيثِ كِتَابًا مُّتَشَابِهًا مَّثَانِيَ تَقْشَعِرُّ مِنْهُ جُلُودُ الَّذِينَ يَخْشَوْنَ رَبَّهُمْ ثُمَّ تَلِينُ جُلُودُهُمْ وَقُلُوبُهُمْ إِلَى ذِكْرِ اللَّهِ ذَلِكَ هُدَى اللَّهِ يَهْدِي بِهِ مَنْ يَشَاءُ وَمَن يُضْلِلْ اللَّهُ فَمَا لَهُ مِنْ هَادٍ – الزمر 22

“Allah a fait descendre le plus beau des récits, un Livre dont [certains versets] se ressemblent et se répètent. Les peaux de ceux qui redoutent leur Seigneur frissonnent (à l’entendre) ; puis leurs peaux et leurs cœurs s’apaisent au rappel d’Allah. Voilà le [Livre] guide d’Allah par lequel Il guide qui Il veut. Mais quiconque Allah égare n’a point de guide.”